Blog

Le statut de micro entreprise est-il conseillé pour les artisans ?



Dans les premiers moments d’une entreprise, il lui faut faire le choix délicat du régime d’entreprise qui lui convient. Même si ce choix de départ peut évoluer, certains stéréotypes sont nés au fil du temps sur les différents statuts d’entreprise. Ainsi, on voit la plupart des artisans choisir systématiquement le statut de micro-entrepreneur qui pourrait pourtant ne pas toujours le bon.

Le statut de micro entreprise permet des allègements fiscaux et sociaux

Pour le calcul des frais d’imposition sur le revenu des micro-entreprises, le taux utilisé est forfaitaire et connu d’avance. Les frais peuvent être retirés sur le montant de la recette réelle encaissée par l’entreprise. Cela permet aux artisans micro-entrepreneurs de payer très peu d’impôts et ainsi pouvoir mieux investir dans l’entreprise.

Pour les cotisations sociales, les micro-entrepreneurs sont favorisés, car pris en compte sous le régime microsocial. Ils paient un montant déterminé en appliquant un taux fixe et connu au chiffre d’affaires déclaré. Par ailleurs, il peut être indispensable de souscrire une assurance décennale micro entreprise.

Les obligations comptables sont légères

Dans ce type d’entreprise, le propriétaire n’est pas obligé de tenir un journal ou renseigner les activités comptables dans le grand livre. Il lui suffit d’avoir un cahier où sont consignés les recettes et achats, sans comptabilité complexe. Ces conditions permettent à l’artisan, quel que soit son secteur d’utiliser ses bénéfices pour améliorer ses performances au lieu de recruter un comptable. L’entreprise a le temps de bien établir ses fondations.

Les taxes des micro-entrepreneurs sont forfaitaires

Tout comme pour les impôts, les taxes payées par les très petites entreprises sont évaluées sur la base de taux forfaitaires fixes. Les artisans, au cours de leurs travaux, sont parfois amenés à faire transiter de grandes quantités de marchandises. Très souvent aussi, il arrive que ces marchandises ne soient pas encore payées. Avoir à payer de faibles taxes leur donne la possibilité d’avoir des fonds pour effectuer leurs travaux en toute sérénité avant paiement.

Le caractère fixe des taux constitue néanmoins un problème

L’application de taux fixes et immuables au chiffre d’affaires des micro-entreprises donne lieu à de nombreuses économies pour celles-ci. Mais, il s’agit d’un couteau à double tranchant qui très vite peut se retourner contre les entreprises. En effet, pour les micro-entreprises, le paiement des taxes et impôts commence dès lors qu’elles enregistrent des recettes. Et cela, que l’activité soit rentable ou non. Il convient alors à l’entrepreneur de bien planifier d=son activité et savoir quand exactement elle devient profitable. Cela favorisera la décision de s’enregistrer en tant que micro-entreprise ou non.

Toutes les entreprises artisanes ne peuvent prétendre au régime

Le régime de micro-entreprise est réservé aux artisans qui sont propriétaires uniques de leurs entreprises. Les groupements et associations de professionnels ne peuvent donc pas prétendre à ce régime micro-entrepreneur. De plus, en fonction du chiffre d’affaires de l’entreprise, ce titre peut lui être refusé lors de l’enregistrement. Enfin, selon le nombre d’employés et la vision que vous avez, il serait judicieux parfois de choisir un statut juridique d’entreprise autre.


10 mai 2021