Blog

Le meilleur du composant industriel en France



Aujourd'hui l'économie n'a plus de frontières, de ce fait on commerce facilement et assez librement avec de nombreux pays du monde, depuis la France. Certes il y a certaines limites avec des pays avec lesquels nous sommes en désaccord sur des points de géopolitique, mais dans l'ensemble, le terme de mondialisation correspond à la réalité de notre économie. C'est ainsi que de nombreuses entreprises hexagonales choisissent de faire appel à des prestataires qui produisent ce dont elles ont besoin, à moindre coût et depuis l'autre bout du monde. Pourtant les prestations ne sont pas toujours à la hauteur, pour une question de qualité. 

Des fabricants de composants en France

C'est pourquoi aujourd'hui les entreprises françaises ont plutôt tendance à faire appel à des prestataires nationaux. On produit en France différents types de pièces pour l’industrie automobile ainsi que pour l'industrie aéronautique, comme des ressorts de compression ou de traction. L'avantage de faire appel à ces fabricants français est de plusieurs ordres : d'abord on favorise l'économie du pays, et par ricochet on permet de maintenir en France des emplois qui, dans d'autres circonstances, sont délocalisés ; ensuite on réduit les coûts du transport des marchandises et de leur logistique. 

L'économie mondiale en mutation

Du fait que de nombreuses entreprises ont été délocalisées dans des pays où la législation est plus favorable aux entreprises, en termes de charges salariales en particulier, l'économie a changé. De nombreux capitaux partent ailleurs, ce qui est un point négatif pour l'économie européenne. De plus le chômage augmente et cela a un impact direct sur la population et sur sa capacité à consommer. En clair si une entreprise décide aujourd’hui de faire appel à des partenaires français, c'est toute la dynamique d'une chaîne économique qui s'en trouve favorisée. Une société qui a du travail va devoir embaucher, et donc créer de l'emploi à proximité, ce qui relance localement l'économie.


9 août 2018